Home » actualité » ancien jeux video

Pour le commun des joueurs, Squaresoft, c’est Final Fantasy et au-delà la grosse usine à RPG. Beaucoup plus qu’un Enix qui était beaucoup mieux connu par les fans d’import jusqu’à récemment. Une vraie « machine à rêver » avec des cinématiques qui en mettent plein les mirettes. Au-delà de l’esbroufe graphique, Square a contribué à populariser un genre (le RPG japonais) qui, jusque là, était quasiment inconnu dans nos contrées. On peut se demander comment Square a réellement évolué pour acquérir cette notoriété. Justement, voici un petit historique pour parler de ses débuts, de ses succès mais aussi d’une certaine folie des grandeurs qui a amené un rapprochement avec Enix, son rivale et conduisit à une fusion engendrant le géant Square Enix (qui lui aussi sera évoqué rapidement).

CHAPITRE 1 : DES DÉBUTS DIFFICILES ET UNE DERNIÈRE FANTAISIE :

L’aventure débute en septembre 1983, la petite société Square est fondée par Masafumi Miyamoto et Hironobo Sakaguchi. À cette époque, Square n’est qu’une petite filiale de la Denyūsha Electric Company dédiée à créer des jeux sur micro ordinateurs. Miyamoto prend la tête de la société tandis que Sakaguchi supervise les projets. Il est rejoint par son ami Hiromichi Tanaka avec lequel il avait abandonné l’université.

Square commence à sortir des titres sur divers micro ordinateurs comme le PC-8801 de NEC ou le FM-7 de Fujitsu. Des titres commencent à apparaître dont le plus mémorable reste surement The Death Trap en 1984, jeu d’aventure à commandes textuelles. Premier jeu à être remarqué car il connaîtra une suite l’année suivante : Will : The Death Trap IItoujours basé sur le même principe.

undefined
The Death Trap

Pendant ce temps, Square s’intéresse à la Famicom et obtient la licence de la part de Nintendo pour pouvoir développer sur ce support. Cela commence timidement avec une conversion : Thexder de Game Arts.

Nous arrivons à 1986, c’est une année importante. Pour commencer, elle voit le recrutement de deux personnes majeures. D’abord Nasir Gebelli, programmeur connu pour ses travaux sur Apple II, il fait la rencontre de Sakaguchi lors d’un voyage au Japon via un ami commun. Ce programmeur irano-américain avait abandonné les jeux vidéo depuis la faillite de sa boite de développement. Mais sa passion revient par son intérêt au succès de la Famicom/NES. Sakaguchi l’embauche immédiatement car c’est un grand fan de ces travaux précédents. Après Gebelli, le jeune compositeur Nobuo Uematsu qui a débuté dans la composition de jingles, rencontre Sakaguchi par l’intermédiaire d’un ami employé chez Square. Uematsu est embauché et son premier travail pour Square sera surCruise Chaser Blassty édité sur PC-8801 qui est en faite le premier RPG de Square. Un jeu dans un univers de Mecha bien éloigné de l’Heroic fantasy.

undefined
Cruise Chaser Blassty

1986 est surtout l’année de la prise d’indépendance de la société vis-à-vis de la Denyūsha. Square est à présent maître de son destin et acquiert son nom officiel jusqu’en 2003 :Square Co, Ltd. La société va alors se réorienté vers la Famicom et surtout vers le nouveau support de cette console : le Famicom Disk System arrivé la même année. Mais maintenant que Square est seul, il est plus compliqué d’assurer la distribution de ses jeux. C’est pourquoi, il va former une alliance avec 6 autres studios de développement : Carry Lab, Humming Bird Soft, MicroCabin, System Sacom, Thinking Rabbit et XTLASOFT. Cette union forme le DOG (Disk Original Group) dont Square prend la tête et permet la distribution des jeux sur Famicom Disk System.

Le premier jeu référencé en tant qu’indépendant est Alpha, un petit jeu d’aventure coquin sorti sur PC-8801. Il faut noter que c’est Uematsu qui en a composé la musique.

Plus sérieusement, ils commencent avec le jeu King’s Knight sur Famicom et MSX etCrystal Dragon est leur premier titre sur Famicom Disk System dont ils vont devenir spécialiste du support. C’est d’ailleurs sur celui-ci que parait Tobidase Daisakusen, avec Gebelli en tant que programmeur (son 1er jeu pour Square), Uematsu pour la musique sur ce jeu conçu par Sakaguchi : Un trio gagnant à retenir. Ce jeu d’action est aussi le premier soft de Square à sortir des frontières nationales, il sera édité par Acclaim aux États-Unis sous le nom 3-D WorldRunner converti sur NES. Le travail de Gebelli est apprécié et la même équipe développe par la suite, un jeu de course sur Famicom cette fois : Highway Star. Ce jeu est plus connu sous le nom de Rad Racer en occident. C’est le premier jeu de la société à parvenir jusqu’en Europe en étant édité par Mattel.

undefined
Rad Racer

Nous sommes en 1987 et cela nous amène au moment le plus crucial de l’histoire de Square. En effet, le succès n’est pas vraiment au rendez-vous surtout que les jeux vendus sous le label DOG n’arrivent pas aux chiffres de ventes espérés. La société est au bord de la faillite et est destinée à mettre la clé sous la porte ! La suite, tout bon gamopat la connait et fait parti de la « légende de Square ». Hironobu Sakaguchi décide de jouer le tout pour le tout sur un seul et unique jeu car ils n’auront plus les moyens d’en produire d’autres. À la vue du succès rencontré par Enix avec Dragon Quest l’an passé, la décision est prise de développer un RPG. Gebelli s’occupe toujours de la programmation et Uematsu à nouveau de la musique. Le character design est confié à Yoshitaka Amano, connu pour son travail d’illustrateur et dans l’animation. Comme il s’agit de leur ultime chance, Sakaguchi décide de baptiser le jeu : Final Fantasy, leur « fantaisie finale » en somme.

Laisser un commentaire