Home » actualité » Si je vous parle de Rambo, Jurassik Park, Highlander, Hook, Robocop, Terminator

Si je vous parle de Rambo, Jurassik Park, Highlander, Hook, Robocop, Terminator.

 

Si je vous parle de Rambo, Jurassik Park, Highlander, Hook, Robocop, Terminator, vous pensez tout de suite cinéma ! Oui, mais pas seulement,  ce ne sont là que quelques exemples d’adaptations de films en jeux vidéo réalisées par Ocean (ou Ocean of America), l’une des plus grosse firme de jeux vidéo des années 80. Cependant on ne saurait réduire Ocean à ces simples licences cinéma, car la firme s’est également fait une spécialité des portages arcade et a aussi développé ses propres jeux, souvent de bonne qualité.

undefined
The team !

La compagnie a été créée par David Ward et John Woods, deux gamins de Manchester et c’est bien sûr dans la ville des Red Devils qu’ils basèrent leur société. Ils commencèrent par travailler sur les machines 8 bits de l’époque (Spectrum, Commodore 64, Amstrad CPC), puis sur Atari ST et Amiga avant de s’intéresser aux consoles Nes, Snes et Megadrive.

LES LICENCES CINEMA

Les premières grosses licences cinéma sortiront en 1985 avec Rambo, Cobra et Miami Vice, des jeux pas vraiment géniaux mais à fort potentiel marketing ! Citons The Great Escape (en 3D isométrique), Batman, Highlander, Short Circuit, Total Recall, Hook ou encore Platoon… Quasiment que des blockbusters ! L’adaptation massive de licences cinématographiques a aussi ses limites, tous ces jeux ne sont pas des réussites et se ressemblent bien souvent.

undefined
Highlander / CPC

undefined
The Great Escape / Spectrum

undefined
Total Recall / Atari ST

JURASSIK PARK sur SNES

Ocean continuera sa politique de licences sur consoles 16-bit avec notamment deuxJurassik Park de bonne facture sur SNes. Le premier reprend la trame du premier film dans un jeu d’action-aventure avec une vue façon Zelda. L’originalité de ce jeu tient au fait que l’on passe un vue subjective à la Doom lorsque l’on pénètre dans un bâtiment. Cependant ces passages s’avèrent ratés vu leur lenteur avec des dinosaures dépourvus d’IA. En effet, lorsque vous ouvrez une porte ils ne vous voient pas tant que vous n’avez pas pénétrer dans la pièce. Vous pouvez donc facilement les shooter à distance. Le second est quant à lui intitulé The Chaos Continues mais ne correspond pas au second film puisqu’il est sorti avant. On a cette fois affaire à un jeu d’action façon Contra, difficile, mais assez réussi  avec notamment une sublime intro.

jurassic-park-snes.png
Jurassik Park / Snes

ADAPTATIONS DE JEUX D’ARCADE

Ocean est également connu pour ses nombreuses adaptations de jeux d’arcades. En 1986 ils passèrent un accord avec Taito et adaptèrent beaucoup de leurs hits d’arcade comme Arkanoid, un excellent casse-briques, ou The New Zealand Story, petit jeu de plateforme sympa. Ils adapteront également le célèbre Hang On de Sega sur plusieurs supports ainsi que le Donkey Kong de Nintendo sur CPC (version très sympatique en overscan). De même la division France d’Ocean à réussi quelques bon portages de hit d’arcade comme Opération Wolf ou Pang.

undefined
Arkanoid

undefined
Opération Wolf

LES JEUX ORIGINAUX

Mais Ocean, c’est également des jeux originaux comme Hunchback (Le bossu), l’un des premiers succès de la boite en 1984, un jeu de plateforme se déroulant sur des remparts, puis Daley Thompson’s Decathlon, Match Day un jeu de football assez sympa à l’époque. Citons également Head over Heels et Wizball, deux classiques. Ocean fut un éditeur majeur de l’ère des micro-ordinateurs 8 bits en Europe.

hunchback-C64.gif
Hunchback

matchday.gif
Match Day

undefined
Daley Thompson’s Decathlon

S’en suivront de bons jeux 16 bits sur ST et Amiga comme les deux célèbres jeux en 3D « pleine » que sont F29 Retaliator et Epic.

f29.jpg
F29 Retaliator

La petite mélodie chatoyante…
Ocean, c’est aussi une petite musique chatoyante. En effet ils furent les premiers à inclure dans leurs jeux 8-bit une petite mélodie durant le chargement des jeux, c’était sur Commodore 64. Il en existe cinq versions, les deux premières furent composées par Martin Galway, la troisième par Peter Clarke, et les dernières par Jonathan Dun. C’est Peter Hughes qui mis au point ce système de chargement nommé Freeloads mastering systemaprès s’être arraché les cheveux pendant des années durant les longs temps de chargement.

OCEAN ENGLOUTI

Ce sera le passage vers la génération 32 bit qui sera fatal à Ocean. Leur seul vrai succès à cette époque sera de nouvelles adaptations du célèbre Worms. Leur dernier jeu GT64 sur N64 sortira en 1998, quelques mois avant leur rachat par Infogrammes pour 100 millions de Livres.

 

Laisser un commentaire