Home » actualité » Les pépiement de l’AFP

Les pépiement de l’AFP.

Ce matin, le tout-Twitter tombe à bras raccourcis – et à raison – sur l’énième maladroite tentative de Jean-Michel Aphatie de défendre la corporation des “journalistes à l’ancienne”. Et oublie la petite attaque de Bruno Duvic, le très moraliste journaliste responsable de la revue de presse de France Inter, balancée ce matin.

“Plus le temps de délibérer, de réfléchir, de se poser… C’est une société désynchronisée que décrit le philosophe Hartmut Rosa. Et cette question de la vitesse se pose aussi à la presse. Hier, pour la première fois je crois, l’Agence France Presse s’est appuyée sur Twitter comme source d’information pour une dépêche urgente.

La presse la plus sérieuse risque-t-elle d’être réduite à quelques pépiements ? Chantier en cours…”

Bruno Duvic, France Inter, 1er juillet 2010

Si Bruno Duvic avait pris le temps de lire l’Urgent de l’AFP, il aurait vu que l’agence ne s’était pas “appuyée sur Twitter”, mais sur le tweet du député Yannick Favennec, qui rapportait les propos de Nicolas Sarkozy lors d’une réunion des députés UMP à l’Eysée. Ce qui n’est pas tout à fait la même chose. Note pour plus tard, donc : parce qu’il s’exprime sur Twitter, la parole d’un député est réduite à un “pépiement”.

Tags: France Inter, journalisme, N’ayez pas peur, Twitter, vertu

This entry was posted on Thursday, July 1st, 2010 at 11:25 and is filed under Pulitzer, Twitter,mauvais esprit. You can follow any comments to this entry through the RSS 2.0 feed. You can leave a comment, or trackback from your own site.

Laisser un commentaire